Objectif 100 Ans en Pleine Forme

Sophie Darel - Livre 2018
Sortie Avril 2019 - Editions Ramsay

Sophie Darel est de retour
Pleine d’optimisme et de bonne humeur.
Un livre à déguster sans modération.

Ramsay

Avant-Propos par Jack Anaclet

…avec une vie dans mes bagages.

Un petit hôtel de campagne, un matin de printemps… Deux plateaux en terrasse, devant nous la verdure, au-dessus de nous l’azur, autour de nous une chorale de pinsons, mésanges et tourterelles, un âne qui braie au loin, le couac du concert, sympa… sur la table de rotin, deux tasses fumantes, une baguette fraîche, la motte de beurre, les croissants chauds ; et elle et moi, comme les acteurs d’un film muet jouant à deux ces silences qu’on aime. Les yeux mi-clos, je ne pense à rien qui vaille la peine d’être parlé, me disant qu’il en est de même pour elle.

 

Je me trompe et sursaute au son de sa voix plaçant les mots avec cette candeur autoritaire qui n’appartient qu’à elle : « ça y est, j’ai trouvé le titre du livre ! »… et je comprends tout de suite qu’il sera inutile d’en chercher un autre.

 

Vaincu d’avance, je fige le mouvement comme un chien d’arrêt.

 

Ménageant son effet, elle me laisse attendre, le temps de savourer mon impatience pour prononcer enfin, avec un rien d’assurance et de doute mélangés : alors ce sera « Sophie Darel, objectif cent ans ! »

 

Et le chien d’arrêt lui donnera sa patte avant d’enfouir sa tête dans son cou pour, surtout, ne pas trahir l’émoi qui lui monte aux yeux.

 

Ce fut bref et intense pour moi, ce retour soudain dans ses années lointaines où le pire, prêt à jaillir, attendait son heure pour me l’enlever… Et vingt-cinq ans plus tard, voilà qu’elle vient me dire : moi, Sophie Darel, objectif cent ans !!!

 

Par une sorte de machisme stupide, au lieu de lui montrer ma joie de la voir aussi contente de son gentil petit projet de presque éternité, j’affecte une apparence de normalité imbécile : ouais, pas mal mais… tu crois que ça va plaire à l’éditeur ?

 

Elle, d’une voix douce à fissurer un mur : « pourquoi tu te poses la question ? bien sûr que ça va lui plaire ! »

 

Que dire, qui soit au niveau ? Rien. Se taire, tout simplement, et profiter du bonheur présent de la voir toujours aussi confiante en la vie, la sienne.

 

L’éditeur a aimé, balayant mon scepticisme congénital : génial ! Et en plus on va ajouter « en pleine forme ! » voilà ! c’est ça le titre : Sophie Darel, objectif cent ans, en pleine forme !

 

Et nous y sommes aujourd’hui. Pas à ses cent ans, non, même si de méchantes langues ironisent « 100 ans, elle les a pas déjà ?! » mais à ce mini évènement toujours émouvant, quand on se trouve pour la première fois en présence du petit dernier, un drôle de bébé fait de pâte à papier avec de l’encre dans les veines, qui ne crie pas, qui ne bouge pas mais dont la venue au monde est toujours un moment fort.

 

C’est le sixième livre que nous écrivons tous les deux et nous nous surprenons à soupeser celui-ci, caresser sa couverture, le retourner dans tous les sens, le feuilleter, faisant, à la manière d’un joueur de cartes, défiler ses pages en éventail pour en déceler les odeurs d’imprimerie, comme le ferait un comédien dans les tentures d’un vieux théâtre.

 

Généralement notre émotion est de courte durée, et au bout d’un quart d’heure tout repart comme avant… sauf qu’avec son objectif 100 ans, mon trouble est d’une densité particulière, en raison de ce que ce défi veut dire pour elle, ses âges d’hier, celui d’aujourd’hui, et l’agenda qui reste ouvert sur une succession de pages encore blanches devant lesquelles je détournerai toujours obstinément le regard pour ne pas en appréhender l’épaisseur.

 

Donc voilà, cent ans ce n’est pas rien et si je m’avisais, par jeu, de lui dire qu’elle a choisi ce titre comme on raconte une blague, je pourrais bien, par bonheur, me faire rembarrer gentiment.

 

Car je l’en crois, sans rire, tout à fait capable ! Et je garde, bien ancrée dans mon esprit, l’idée (projection très égoïste en vérité) qu’elle continuera sans moi à enterrer encore pas mal de copains copines beaucoup plus jeunes qu’elle avec la même constance, à chaque fois sincèrement attristée certes, mais toujours bien présente, et des projets plein la tête !

 

Sophie et ses projets ! Avec « santé, amour, humour, bonnes bouffes, copains et rigolade », projet est l’un de ses maîtres mots, son étoile du berger qu’elle suit depuis toujours avec une régularité de grand cygne migrateur.

 

C’est sa force : garder le cap en direction du mieux, voler du gris vers le bleu, quitter le froid pour le chaud, le triste pour le drôle, le 20/20 pour le « j’ai fait comme j’ai pu » et les « t’as pas le droit » pour les « chiche que je le fais quand même ! », tout cela fait d’elle ce petit animal charmant doté d’une faculté d’émerveillement éternel et d’une aptitude à tout positiver déconcertante pour qui voudrait tenter de la suivre sans le mode d’emploi.

 

A ces questions qu’on lui pose régulièrement « comment faites-vous pour être toujours aussi active avec tous ces coups durs, garder la pêche, le sourire, la santé et une si belle apparence ; quels sont vos secrets, vos recettes, vos conseils ?… » elle réagit en souriant avec une phrase un peu fourre-tout du genre « vous n’avez pas besoin de mes conseils, cherchez au fond de vous-même et vous trouverez les bonnes solutions ».

 

Voilà pourquoi, trouvant l’argumentation quelque peu succincte, elle a voulu ce livre pour répondre, en profondeur cette fois, à ces interrogations.

 

Et ainsi naquit Sophie Darel, objectif 100 ans en pleine forme !

 

De tous les chapitres d’une vie aujourd’hui arrivée aux trois quarts de l’objectif fixé dans ce titre (mais il n’est pas interdit de le dépasser !) ceux qu’elle a choisi de mettre en pages entrent de plain-pied dans un vécu et une actu revisités avec une telle diversité et une telle précision que je n’ai eu qu’à les retranscrire avec son langage, ses mots, ses expressions, sa sensibilité et son sens de l’humour et de l’observation transformant des situations ordinaires en tranches de vie extraordinaires.

 

Ayant parfaitement conscience de ses limites dès lors que ça devient trop « sérieux », elle a eu, dans un premier temps, la bonne idée de demander à deux ou trois médecins d’intervenir à la fin des chapitres abordant les sujets médicaux, pour qu’ils supervisent et corrigent certains de ses conseils pas nécessairement applicables à tout le monde.

 

Le premier à la reprendre avec fermeté fut le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste, tirant le signal d’alarme en conclusion d’un chapitre dans lequel Sophie raconte comment elle gère ses insomnies en pillant son frigo à cinq heures du matin… réaction immédiate du toubib « Aïe Aïe Aïe Sophie ! Comment voulez-vous que la Faculté de médecine cautionne ces conseils ! » expliquant ensuite la meilleure manière d’agir en pareille situation.

 

Merci Gérald, pour ce coup de badine sur les doigts qui a décidé Sophie à faire débriefer tous les chapitres de son livre par des experts du genre en fonction de chaque thème abordé.

 

Ce principe du censeur systématique lui a permis d’ouvrir ses pages aux meilleurs professionnels de santé dans leurs spécialités respectives : un médecin acupuncteur, un sexologue, une dermatologue, deux nutritionnistes, un chirurgien plasticien, un ostéopathe, un psychologue, une anthropologue, un coach sportif, un spécialiste des métiers de la longévité… ainsi que d’autres personnalités, tels un éminent entomologiste, Bernard Darniche neuf fois champion du monde de rallyes défendant les « femmes au volant » contre le sexisme de l’âge, et l’incontrôlable Raphaël Mezrahi et son débriefing par l’absurde sur le harcèlement, à contre-courant de tout le reste dans le sens du « tout est permis pourvu que ce soit drôle »…

 

Patrick Sébastien, toujours prêt à déclarer la guerre à quiconque s’autoriserait le moindre propos désobligeant sur « sa Darel », est venu spontanément en guest, comme on dit dans les films, avec quelques lignes d’amour pour sa marraine de télé dont il ne cesse de dire qu’il lui doit son premier « baptême du feu » chez Guy Lux.

 

En épilogue, la réponse si touchante de Brigitte Bardot au mail que Sophie lui a envoyé avec son chapitre « les animaux et moi ». Elle a tant aimé sa lettre qu’elle l’a gardée pour la fin, un peu comme une récompense pour enfant sage, qui s’endormira en l’emportant dans ses rêves.

 

Merci très chaleureusement à vous qui, par votre présence chapitre après chapitre, offrez à vos lecteurs l’inestimable éclairage de vos talents et compétences.

 

Merci à toi Sophie, de m’avoir une nouvelle fois fait confiance en m’ouvrant à nouveau tes cahiers secrets qui ne cesseront jamais de m’étonner quand, après trente-huit ans de bonheur à tes côtés, je découvre encore des parcelles de toi que je ne connaissais pas.

 

Reprenant tes notes, lorsque je te faisais part de certaines réserves avant de les graver dans le marbre, je t’ai souvent demandé : « cette phrase-là, tu es sûre que c’est vraiment comme ça que tu veux l’écrire ? » et tu as toujours su me convaincre que, selon toi effectivement, oui, c’est comme ça que je veux l’écrire !

 

Et je confirme : tu ne t’es jamais trompée ! Certains penseront à juste titre que je suis sélectivement influençable ?

 

D’autres, levant les yeux au ciel, pourraient dire qu’un homme trop amoureux devient parfois tellement con qu’il en perd tout discernement ?

 

Et si c’était ça l’amour ?

Préface du professeur David KHAYAT

Quelle amie merveilleuse que Sophie Darel toujours pimpante, pétillante, en pleine forme, pleine de conseils chaleureux et bienveillants.


je la connais depuis plus de 20 ans et nous avons traversé ensemble plusieurs épreuves particulièrement difficiles.
je l’ai toujours vue à mes côtés, pleine d’optimisme, ne renonçant jamais, confiante dans l’avenir, dans son avenir.
Aucune trace de ce qu’elle a pu traverser si ce n’est dans ce fantastique débordement de joie de vivre, toujours ouverte aux amis, toujours prête à aider sur un simple coup de fil, à déplacer les montagnes, à obtenir tout ce dont elle peut avoir besoin pour tous ceux qu’elle aime.


Donner des conseils, raconter ses problèmes n’est pas chose facile surtout lorsque l’on n’est pas préparé par une formation particulière de soignant.
Pourtant Sophie Darel, dans ce livre très sympathique facile à lire, fourmille d’idées toujours très simples et sans doute aussi efficaces.
je n’ai pas à en juger car celle que j’aime chez Sophie Darel c’est l’amie, celle des bonnes bouffes, des moments d’amitié toujours chaleureux et qui laissent au fond du coeur une trace qui ne s’effacera jamais.

Postface de Brigitte Bardot

Postface du livre de Sophie Darel par Brigitte Bardot